Les mathématiques, c’est pas automatique

Émilie | Florent
C’est ma mère qui a eu l’idée, elle avait regardé Télématin et avait entendu : « Welp le site d’entraide 100% gratuit, il y a des gens qui donnent des coups de main et même des cours de mathématiques ». Je crois que dans sa tête ça n’a fait qu’un tour. Elle a créé un compte à mon nom et après elle m’a dit : « Débrouille-toi tu es assez grande ! »

C’est ce que j’ai fait. Ma mère travaille beaucoup, elle n’est pas souvent là, alors à la maison c’est moi qui gère. Je suis l’aînée, parfois je prépare le dîner, c’est pas des plats de chefs mais c’est bon quand même. Mes pâtes au fromage, qu’est-ce qu’elles déchirent !

Enfin bref, je me suis connectée sur Welp et j’ai commencé à regarder la carte des annonces, il y en avait pas mal et j’ai même vu quelqu’un qui voulait garder un chien. Ça avait l’air plutôt cool.
Je me suis dit que Welp pourrait peut-être m’aider à trouver un prof de maths, parce que là c’est la catastrophe. Ma vie en ce moment, elle n’est pas toute rose. Mes notes ne sont pas terribles et pourtant je fais beaucoup d’efforts, je travaille à mon bureau, mais j’ai l’impression de voir flou.. Quand je ne comprends pas, je bloque. Et quand je bloque, je stresse. Du coup, je me suis dit que ça valait le coup d’essayer.

J’ai donc posté une annonce pour chercher un prof de maths, une demande d’aide comme ils disent. J’ai dit que j’avais 15 ans, que j’étais volontaire, motivée et que j’avais envie de réussir. Je me suis imaginée avec des 20, j’aime bien rêver.

J’ai attendu quinze jours avant qu’une personne me welpe. Et puis il est arrivé, il s’appelle Florent, il est jeune. Il ressemble un peu à un prof de maths, mais en jeune et avec plein de cheveux. Il m’a envoyé un message, et on s’est donné rendez-vous un mardi à 18h30.
Ma mère avait un peu peur de recevoir un inconnu à la maison pendant son absence, alors on avait prévu un plan de secours au cas où.
Quand il est arrivé, j’ai envoyé un SMS à ma mère : « Ça va, il a l’air normal ». Ma petite sœur était ma complice, elle lui a ouvert la porte, par timidité elle n’a pas osé le regarder dans les yeux.

Ensuite, je lui ai dit : « Allons dans la cuisine, j’ai préparé mes affaires. »
On s’est assis, il regardait un peu partout, il avait l’air perdu et en même temps très sûr de lui. Moi, j’étais pas au top de ma forme, j’avais peur de ne pas comprendre, que ça le saoule et de rester pour toujours nulle en maths. Adieu les 20/20.

J’avais mon cahier déjà ouvert, j’étais prête, enfin, prête pour commencer. On a repris la méthode, la “base de la base” selon ses mots. C’est vrai que lorsque je faisais des maths, je partais dans tous les sens. Avec lui, il fallait avancer étape par étape, ensuite on a fait des exercices pour le contrôle du lendemain. J’ai eu des déclics dans ma tête, j’avais l’impression que tout était simple, enfin, pas trop dur.

Florent a dit qu’il reviendrait, et il est revenu à chaque fois la veille de mes interros et contrôles. Franchement, ça m’a fait du bien, grâce à lui je suis passée de 9 à 13 et une fois j’ai même eu 15. J’ai cru que j’allais pleurer, enfin n’exagérons pas, mais quand même.
Maintenant, je ne me sens plus nulle, et Florent a dit que j’avais un esprit logique. C’est un compliment, non ?