Que feriez-vous de vos journées si on vous garantissait un revenu à vie ?

C’est peut-être à cette question que nos amis suisses n’ont pas su répondre dimanche 5 juin. Ils ont en effet rejeté la création d’un revenu de plus de 2 000 euros qui aurait été versé à toutes les personnes habitant en Suisse, quelle que soit leur activité. De quoi en faire rêver plus d’un !

 Peut-être n’en avez-vous jamais entendu parler mais c’est le principe du revenu universel. Il s’agit d’un revenu versé à l’ensemble des individus sans condition et tout au long de leur vie, qu’ils soient salariés, chômeurs, étudiants ou SDF. Certains y voient une façon de lutter contre la pauvreté en garantissant un revenu de base pour tous, d’autres un moyen de simplifier le système actuel en rassemblant toutes les aides existantes (chômage, retraite, maladie…) dans un seul versement.

Pour nous, c’est surtout l’opportunité pour les individus de libérer du temps pour faire des activités qui ont du sens, comme le bénévolat. Quand on les interroge, les Français disent en effet que le principal frein à leur engagement bénévole est le manque de temps. Or, on peut penser que s’ils étaient sûrs de recevoir un revenu de base, ils pourraient consacrer d’avantage de temps à des activités qu’ils jugent plus utiles. Plus besoin de faire ce qui ne nous intéresse pas, nous pourrons passer du temps à aider les autres ou à mener des projets qui nous tiennent à cœur.

Dans une société que 79% des Français jugent trop superficielle, ceci est loin d’être négligeable. C’est d’ailleurs le défi que s’est lancé Welp : remettre au goût du jour l’entraide bénévole entre citoyens pour recréer du lien social. Et ça marche ! Pour huit personnes sur dix, le bénévolat est une bonne façon d’être utile à la société et d’aider les autres, et une personne sur deux y trouve une forme d’épanouissement personnel*.

Cependant, cela suppose de bel et bien trouver du temps libre. Or, rien n’est moins facile. Les nouvelles technologies sont censées nous faire gagner du temps en nous aidant à être plus efficace. Pourtant, nous n’avons pas plus de temps à notre disposition que par le passé. Normal, nous sommes de plus en plus sollicités par des applications et sites Internet conçus pour essayer de nous garder le nez rivé sur notre écran le plus longtemps possible ! A ce propos, il existe des initiatives permettant de reprendre le contrôle du temps qu’on passe connecté. Tristant Harris, par exemple, ancien « philosophe produit » chez Google, a créé le label « Time Well Spent » qui permet d’identifier les technologies qui nous redonnent du pouvoir au lieu de nous ôter de la liberté d’action.

L’addiction est en effet telle que rien ne dit que nous ne passerons pas notre temps libre sur Facebook plutôt qu’à aider les autres. C’est précisément pour cette raison que Welp a été conçu : le but est de faciliter l’engagement ponctuel, quand on veut et comme on peut !

N’hésitez pas à nous dire en commentaire ce que vous feriez si on vous garantissait un revenu à vie sans aucune contrepartie de votre part. :)

 

*Etude « La France bénévole en 2016 » de Recherches & Solidarités