1. Est-ce que vous pourriez nous raconter votre histoire, votre parcours, enfin ce qui vous a mené sur Welp ?

J’ai connu Welp, un jour sur Facebook. J’ai vu une publication passer. J’ai pensé : quelle idée sympathique, donc j’ai voulu en savoir plus. J’ai fait un petit tour sur le site internet et puis j’ai téléchargé l’application.

Quand j’avais 20 ans, il me manquait quelque chose, j’avais besoin d’être utile, d’être active, c’est à ce moment-là que j’ai commencé à aider les autres.

Depuis toujours, je suis engagée en association pour la protection des animaux notamment. C’est connu, mais en association le plus compliqué c’est de recruter des bénévoles, et Welp peut véritablement aider pour des actions ponctuelles. Je suis présidente d’une association : Rescue Bretagne qui agit pour la sauvegarde de l’environnement. Pour l’instant, ce projet est en veille, mais je me dis qu’avec mes petits moyens, je peux toujours aider autour de moi.

2. Le bénévolat, l’entraide, la solidarité ça signifie quoi pour vous ?  Ça s’exprime comment dans votre vie de tous les jours ?

C’est dans ma philosophie de vie, de concevoir l’entraide comme une évidence. Le monde collaboratif ça me parle, et j’en fais partie. C’est dans ma nature de penser « association ». Je vais tout faire pour que les personnes qui m’entourent, aient le sourire, indirectement ça va me faire plaisir.

Le bénévolat, c’est une priorité. Je travaille pour pouvoir faire du bénévolat, pour pouvoir m’engager pour une cause qui me tient à cœur. J’essaie de trouver un travail qui soit en adéquation avec mes valeurs, et les valeurs de la vie associative.

Pour moi, tout le monde devrait faire du bénévolat, surtout les personnes qui ont du temps. Il y a tellement de bienfaits liés à ça, et puis il y a tellement de formes de bénévolat qu’on peut trouver celle qui nous convient.

Pour ceux qui veulent combattre la solitude, je leur dis : engagez-vous !

3. Quelle serait les qualités d'un bon welper ?

L’envie d’aider, de s’inscrire dans une démarche personnelle, ça c’est essentiel. Il faut que ça vienne du plus profond de soi-même. Il faut être une personne ouverte d’esprit, prête à rencontre la différence. On ne va pas rencontrer son sosie, donc il faut aller facilement vers les gens, sans se poser de questions. Avoir un bon relationnel, ne pas être dans une logique conflictuelle. Juste se dire qu’on rencontre de nouvelles personnes, et qu’on va échanger.

4. Welp, c’est quoi pour vous, ça change la vie ? Dans la pratique, racontez-nous une de vos expériences Welp ?

Pour moi, Welp, c’est le début. Je me suis inscrite, il y a un mois. Je vis dans une région qui peut attirer de nouveaux welpers. Comme je suis ambassadrice Welp, j’ai commencé à distribuer des flyers, ça fait à peine deux semaines. J’en ai parlé aussi à mon entourage, chaque chose en son temps. D’ailleurs, dès que je vais en randonnée, je porte la casquette bleue de Welp, je me dis que ça peut toujours attirer l’attention.

Je vais aussi régulièrement au marché, et je vois qu’il y a des gens qui sont intéressés par un système d’entraide comme Welp. Je pense que c’est possible de communiquer plus et d’agrandir le réseau. Je vais tout faire pour ! Ce sera le futur de Welp.

5. Qu’est-ce qui donne envie de vous réveiller le matin ? Votre source de motivation ?

J’aime rencontrer de nouvelles personnes, je suis curieuse. Je me dis que grâce à Welp, je pourrai aider quelqu’un ou être aidée par une personne, et qu’au final cette relation deviendrait une amitié. Par exemple, marcher toute seule c’est pas très drôle, mais organiser des marches à deux ou trois, c’est autre chose. Il y a de la découverte. Je voulais aussi initier au geocoaching, c’est un genre de chasse aux trésors à l’aide d’un smart-phone !

6. Des conseils pour les nouveaux welpers, votre secret ?

Il faut être naturel, ne pas chercher à être quelqu’un d’autre. On est là parce qu’on souhaite partager un moment, un savoir-faire. Il faut se sentir bien dans les actions qu’on mène, se sentir à sa place ! Il ne faut pas que ça devienne une corvée, il faut s’écouter.

7. C’est quoi votre moto pour avancer dans la vie ?

C’est l’histoire du petit colibri de Pierre Rabhi qui m’inspire :

Un jour dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après, un moment, le tatou agacé par tant d’agitation dérisoire, lui dit : « Colibri, tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! »

Et le colibri lui répondit : «  je le sais mais je fais ma part. »

On devrait tous raisonner comme le petit colibri, c’est un exemple à suivre. Si chacun faisait un peu plus, le monde irait sûrement mieux.

8. Quelque chose à ajouter ?

Engagez-vous, c’est riche d’enseignements pour soi ! On peut toujours trouver sa place, on a tous la fibre associative, enfin la possibilité d’aider les autres.

 

Laetitia vous donne rendez-vous sur Welp ! 

 

Qui sera le prochain ? Si vous voulez racontez votre expérience Welp : envoyez-nous un mail à info@welp.today