J'ai 43 ans, une vie déjà bien remplie avec 4 enfants (de 5 à 15 ans) et l’envie de changer le monde avec Welp, mon dernier bébé né en mars 2015 :)

Au départ j’ai un parcours assez classique : sortie d’HEC en 94 j’ai débuté dans le marketing à New York pour Meccano où j’ai rencontré mon mari, Stéphane, serial entrepreneur comme moi ! Puis après 3 ans chez Danone à inventer de nouvelles biscottes je rejoins 1001 listes à ses débuts comme DG, qui devient en quelques années le numéro 2 de la liste de mariage en France. En 2006 1001 listes est revendu à TF1 et je monte ma propre activité de conseil où je travaille principalement pour le Women’s Forum. Et de 2008 à 2013 je rejoins le groupe du CAC 40 Unibail-Rodamco où je dirige le marketing du groupe pour la France et les filiales européennes.

Après 20 ans de marketing, conseil et direction générale dans des start-ups et grosses entreprises je décide de tout arrêter pour me poser et réfléchir à ce que j’ai envie de faire de ma vie pour les 20 ans à venir… et aussi pour avoir du temps pour mes enfants, trois filles et un garçon dont des jumeaux.

Je quitte mon job en mars 2013 et m’aperçois que deux mois après je suis toujours autant au taquet car j’ai démarré quelques missions de conseil ! Une semaine de break au vert me semble indispensable pour me poser vraiment  et décider de ce que je veux faire. J’atterris un peu par hasard dans les Alpilles dans un groupe qui fait du jeûne, du yoga et de la randonnée. Moi qui n’avais jamais mis les pieds dans un magasin bio avant et qui vivait à cent à l’heure, je me passionne pour tous les sujets autour de l’hygiène de vie, la méditation et les médecines alternatives… Je suis alors une formation en naturopathie à l’école Cenatho et je décide d‘organiser des séjours détox dans de jolis lieux via mon site my-detox.fr, après avoir travaillé sur le business plan d’un centre de santé « alternatif ».

Ma nouvelle activité se porte bien et me permet surtout de plus profiter de la vie et des enfants tout en apportant aux autres quelque chose d’utile. Mais cela ne me suffit pas car j’ai envie d’aller plus loin et de monter un projet plus social et avec une équipe. Avec un ami et ancien collègue on réfléchit alors à un site Internet qui permettrait de créer du lien entre ceux qui ont besoin d’une aide ponctuelle et gratuite et ceux qui sont prêts à aider de temps en temps, près de chez eux et sans s’engager. L’idée est très simple, c’est de recréer localement l’entraide informelle qui existait autrefois dans les villages entre les générations. Je me lance alors à fond dans l’aventure avec l’envie de changer le monde à ma façon en incitant mes voisins de 7 à 97 ans à plus de solidarité. Welp voit le jour le 16 mars 2015 avec près de 500 inscrits dès le premier mois, suivis en mai des applications Android et Iphone. Un premier partenariat est signé avec la mairie de Sèvres qui communique sur Welp dans son magazine, sur ses  panneaux publicitaires, son site Internet… et des discussions sont en cours avec une vingtaine de mairies et d’entreprises.

 

Un grand mouvement de solidarité s’est créé autour de Welp cet été avec une campagne de presse et de radio offerte et du média gracieux (Elle, Télé 7 jours, Marie-Claire, Avantages, Famili, RMC, BFM…). A fin août le site compte déjà 2000 inscrits, 3000 fans facebook et 1/3 des annonces reçoivent une proposition d’aide. Les premiers utilisateurs sont très satisfaits et deviennent nos nouveaux ambassadeurs.

Comment ça marche ? Celui qui a besoin d’un coup de main ou veut proposer son aide crée son annonce sur welp.fr et celle prête à aider consulte les annonces géolocalisées sur le site ou l’application en précisant la date, le lieu et le type d'aide (soutien scolaire, garde d’enfants, visite aux personnes âgées, à des malades, don ou prêt d'objets, garde d’animaux, actions à plusieurs, bricolage, coaching…). 

Pas de rémunération, pas d’échange, pas d’engagement : sur Welp tous les services rendus sont gratuits, dans l’esprit d’un coup de main entre voisins ou amis.

Le site est entièrement financé sur fonds propres et n’a pas vocation à gagner de l’argent mais juste à financer la plateforme et ses futurs développements. Mon rêve ? Participer à la naissance d’un nouvel art de vivre qui place l’entraide au centre de nos vies et qu’un jour le mot « Welp » rentre dans le dictionnaire. « Welp, n.m.: le meilleur endroit sur le net pour s’entraider. »